Les arts de la marionnette reconnus MIAM

0

Le festival Casteliers, superbe vitrine des arts de la marionnette au Québec, aura bientôt sa maison dans l’arrondissement d’Outremont à Montréal. C’est Louise Lapointe qui a réussi à porter cet important projet à terme. Entrevue.

La marionnette est un art complet. De la matière au geste, de la musique aux mots, les marionnettistes abordent tous les thèmes et tous les tabous. Cet art se distingue particulièrement au Québec grâce au talent de ses artisans et la qualité des présentations offertes. Selon sa directrice artistique et codirectrice générale Louise Lapointe, Le Casteliers offre d’abord une grande visibilité aux artisans de la marionnette.

L’arrondissement d’Outremont est depuis 2006 le partenaire privilégié du Casteliers ainsi que du Festival de l’art de la marionnette pour adulte et pour enfant. Le 1er novembre dernier, le Casteliers et la Ville de Montréal annonçaient un droit d’emphytéose sur l’immeuble situé au 3032, avenue Saint-Just à Outremont. Après les rénovations du bâtiment, les deux événements pourront y établir la Maison internationale des arts de la marionnette (MIAM) pour les trente prochaines années. La MIAM est un projet hautement attendu dans le milieu de la marionnette. L’établissement sera un véritable point d’ancrage pour toute la profession en plus d’encourager l’avancement de cette discipline et disposera de studios, de laboratoires et de salles de cours. « Ce sera un lieu pour la marionnette, pour Casteliers et pour la création », explique Louise Lapointe. En somme, la MIAM sera un milieu pour partager son expertise et soutenir les œuvres.

Depuis treize ans, le Festival international de marionnettes pour adultes et enfants présente des spectacles provenant de partout à travers le monde, dans leurs langues originales avec, parfois, des sous-titres en français. Tout au long de l’année, le comité dont fait partie Mme Lapointe est continuellement à la recherche de nouveau contenu, mais le mot d’ordre reste le même : privilégier encore et toujours la qualité pour les douze spectacles qui constituent la programmation du festival. L’art de la marionnette ne cesse de se renouveler : l’utilisation de la vidéo, la projection en direct ainsi que la musique repoussent constamment les limites imaginables de cet art et lui permettent de se distinguer comme art contemporain.

Le festival, qui aura lieu du 8 au 11 mars 2018, présentera cette année encore des spectacles pour enfants et pour adultes, du Québec, du Canada anglais et de l’étranger. La prochaine édition de l’événement proposera notamment, en coproduction avec le Centaur, le spectacle The Daisy Theatre du réputé Ronnie Burkett, présent pour la toute première fois au festival. Marcelle Hudon, marionnettiste de renom, sera aussi de la partie avec L’Effet Hyde, un spectacle inspiré du roman de Louis Robert Stevenson Dr. Jekyll and Mr. Hyde. À son habitude, le festival présentera aussi diverses troupes internationales. Pour les organisateurs, ce dialogue est très important : « Nous invitons des troupes étrangères qui présentent des formes traditionnelles de marionnettes et cela nous permet de découvrir d’autres cultures et des traditions peu connues par les Québécois. » Autre avantage du monde de la marionnette, puisque certaines présentations ne contiennent pas un très grand registre de mots, il est d’autant plus facile de comprendre le sens de l’œuvre sans la barrière linguistique. L’œuvre touche ainsi un plus vaste public.

La programmation complète sera dévoilée le 25 janvier prochain. www.festival.casteliers.ca

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse