Le 20e gala des prix Opus du Conseil québécois de la musique

0

C’était la fête de la musique ce dimanche 5 février 2017. Le 20e gala des prix Opus, conduit par le Conseil québécois de la musique, sous la présidence de Robert Leroux, rendait hommage à ses lauréats qui font brûler les plus beaux répertoires de la scène d’une musique riche et chaude, une musique vivante. C’est une salle Bourgie, très vibrante d’émotions, que se partageaient les fidèles de ce rendez-vous annuel. Sur un air de Berthe Sylva, On n’a pas tous les jours 20 ans, les animateurs, Mario F. Paquette (ICI Musique) et Katerine Verebely (Gravel le matin), tous deux commentateurs à Radio-Canada, sont arrivés sur scène.

Collectif9, Photo: Suzane O’Neill/CQM

Collectif9, Photo: Suzane O’Neill/CQM

Le gala a été propulsé agréablement par le Collectif9 qui a offert, à sa façon, une œuvre de Brahms très appréciée.

Karina Gauvin et Michael McMahon, Photo: Suzane O’Neill/CQM

Karina Gauvin et Michael McMahon, Photo: Suzane O’Neill/CQM

Les offrandes musicales qui ont suivi, entrecoupées de remises de prix, ont été tout aussi appréciées les unes que les autres. Madame Lorraine Desmarais a offert un splendide tango au piano. Il y a eu ce clin d’œil à l’année Jean Derome par le quatuor de saxophones Quasar et cette belle clique nous a bien divertis tout au long de l’après-midi, à chaque remise de prix. Le violoncelliste Stéphane Tétreault et la talentueuse pianiste Lysandre Ménard ont interprété une œuvre de Schumann. Généreuse et flamboyante, Karina Gauvin s‘est produite dans une belle offrande accompagnée de Michael McMahon au piano.

La conclusion de la soirée était confiée à l’ensemble des cuivres du Conservatoire de musique de Montréal.

Les prix Opus, ce sont plus de 30 000 $ de prix en argent.

The Trials of Patricia Isasa (notre critique), mise en scène de Pauline Vaillancourt, scénographie de Dominique Blain, qu’on peut voir intégralement sur YouTube, a obtenu le prix du Concert de l’année – Montréal, Opus accompagné d’un chèque de 3000 $,  ainsi que le prix du Concert de l’année – Musique moderne contemporaine.

Julie Boulianne, mezzo-soprano, a reçu le prix Opus pour la meilleure interprète de l’année, trophée accompagné d’un chèque de 5000 $.

L’Orchestre symphonique de Montréal a obtenu trois prix :

  • Disque de l’année – musique classique, romantique, postromantique, impressionniste pour l’Intégrale des concertos pour violons de Saint-Saëns
  • Disque de l’année – musique moderne, contemporaine, pour L’Aiglon
  • La production de l’année – Jeune public, prix Opus accompagné d’une enveloppe offerte par le ministère de la Culture et des Communications du Québec de 5000 $, pour Le Bal des enfants – L’aventure espagnole de Don Quichotte.

Denis Gougeon est venu chercher le prix Créations de l’année, pour Adagio, Arioso.

Le prix Concert de l’année – Répertoires multiples est allé à I Musici, pour Des ténèbres à la lumière… puissance et intériorité.

André Hamel, Compositeur de l’année, bourse de 10 000 $ remise par le CALQ.

André Hamel, Compositeur de l’année, bourse de 10 000 $ remise par le CALQ.

L’Opus du compositeur de l’année a été offert à un André Hamel fier, qui a aussi reçu une bourse de 10 000 $ offerte par le Conseil des arts et des lettres du Québec, pour son travail.

Yannick Nézet-Séguin, par l’entremise de la technologie numérique, a remis le prix du rayonnement à l’étranger à Charles Richard-Hamelin, lui aussi absent en raison d’un concert au même moment.

Le prix Concert de l’année – Régions est allé à Vue d’Espagne, Concerts aux Îles du Bic, 10 août 2016. La Fabrique Culturelle a offert l’enregistrement d’une capsule à diffuser sur la plateforme culturelle web de Télé-Québec, d’une valeur de 5000 $.

Un moment des plus émouvants et pour lequel l’assemblée, dans un élan collectif, s’est levée en ovation, fut le moment de gloire de maestro Jacques Clément, un grand réalisateur de grands projets de qualité pour la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il ne s’est pas gêné, avec respect et sans prétention, pour rappeler aux Québécois et aux Canadiens qu’en ces jours de tumultes et de tourments, plusieurs de nos jeunes, de nos enfants, auront fréquenté les bancs d’école, de la maternelle jusqu’à l’université, sans avoir reçu un seul cours de musique. Et dire que l’art est un des quatre piliers de la connaissance.

Et pourtant les jeunes n’ont pas volé leurs places lors de ce Gala.

Beth McKenna, déterminée à y revenir, nous rappelant qu’elle n’a que 27 ans, a reçu le prix du Concert de l’année – Jazz et Musiques du monde pour Home Montreal.

Monsieur Luc Paquette a remis la somme de 2500 $ à BOP – Ballet-Opéra-Pantomime, une jeune production avec de jeunes administrateurs dont Alexis Raynault, codirecteur artistique, et Hubert Tanguay-Labrosse qui, en plus d’avoir reçu un prix du Conservatoire de musique de Montréal (en clavecin, analyse, harmonie), détient une maîtrise en didactique des maths et un doctorat en maths. Un Léonard de Vinci qui sommeille ? Belle jeunesse.

Monsieur Paquette, qui œuvre au sein de Fordia, entreprise qui se spécialise dans les produits miniers diamantés de forage, n’a pas ménagé ses éloges en nous parlant, rappelant que depuis le carbone jusqu’aux cristaux, il y a tout un parcours de transformations propres pour chaque cristal.

Le trophée Opus, qui de loin a l’air d’un œuf, un ovale, comme un ballon de Super Bowl en plus petit, est l’œuvre de Jean-Marie Giguère. « Prenant la forme d’un bourgeon, lit-on dans le programme du gala, le trophée Opus est en verre clair façonné. Au centre flottent des voiles d’or 24 carats d’où émergent deux bulles d’air entrelacées. L’air symbolise la spiritualité et l’épanouissement et l’or, la connaissance. Chacun des trophées est unique. »

Tous les détails des 20e prix Opus : http://cqm.qc.ca/1232/Laureats_an_20.html

Partager:

A propos de l'auteur

Musicien-Gestionnaire, Gestionnaire-Musicien, selon les besoins.

Laissez une réponse