Festival Classica 2018 : Une Fête Mobile pour tous les Goûts Musicaux

0

On décompresse, on pense classique – cela pourrait être le mantra culturel de la ville de Saint-Lambert ce printemps alors que, du 25 mai au 16 juin, la 8e édition du Festival Classica déploiera son éventail éclectique et éblouissant de rythmes et sonorités. Le titre du Festival nous promet toutes sortes de choses, « de Schubert aux Stones ». Eh oui, il s’agit bien de Franz Schubert et des Rolling Stones.

Chacun y trouvera son compte musical !

Le fondateur et directeur artistique Marc Boucher est fier de l’incroyable popularité et de l’essor fulgurant, sur une courte période de temps, de l’événement. L’idée du festival lui est venue dans ce lieu auguste qu’est le château de Versailles. Alors qu’il assistait à un concert au Centre de musique baroque de la Chapelle royale de Versailles, Boucher a vu une analogie entre « la proximité de tous ces petits théâtres à Versailles et la suite ininterrompue de concerts » et ce qu’il pensait pouvoir être réalisé, vu le nombre de lieux potentiels dans sa ville natale de Saint-Lambert.

Baryton classique expérimenté lui-même, Boucher a vendu l’idée du festival aux dirigeants et responsables locaux en 2008 et la première édition a eu lieu en 2011. Depuis, le Festival Classica est devenu, selon les mots de Boucher, « un des plus importants festivals urbains consacrés à la musique classique en Amérique du Nord ». Cette année, il attend quelque 100 000 amateurs de musique avec 60 événements, du concert intime au concert populaire et de la musique de chambre à la musique symphonique, y compris au moins six importantes prestations musicales et vocales par des artistes de renommée internationale.

Boucher lui-même se produira comme baryton-basse dans deux œuvres exquises du répertoire religieux dans une soirée Musique sacrée et découverte (5 juin, 19 h, église Sainte-Famille). Au programme, la Messe du couronnement de Mozart et, en première nord-américaine, l’oratorio en 12 mouvements Christi Auferstehung (Résurrection du Christ) de Sigismund Neukomm, le prolifique et injustement méconnu compositeur autrichien, qui fut l’élève et l’admirateur de Haydn. Au pupitre, le renommé chef français Jean-Claude Malgoire.

Pour commémorer le 100e anniversaire du décès de Claude Debussy, Boucher prévoit une présentation concert de Pelléas et Mélisande. « [C’est] la première fois dans un opéra où l’orchestre est vraiment un personnage qui s’exprime, dit-il. C’est un opéra unique en son genre. La musique est somptueuse et l’orchestration, magnifique ! »

Boucher a déjà interprété le rôle-titre de baryton avec l’Opéra de Montréal, mais cette fois, il endossera le rôle de Golaud, baryton-basse. (« le méchant », dit-il avec malice.) Le baryton français Guillaume Andrieux interprétera Pelléas et la soprano Samantha Jean-Louis, Mélisande. Le spectacle, qui aura lieu le 8 juin à 19 h à la paroisse Saint-Bruno-de-Montarville, met sur scène l’Orchestre de la Francophonie et l’ensemble vocal La Petite Bande de Montréal, sous la direction de Jean-Philippe Tremblay.

Parmi les autres moments phares de l’édition 2018 du Festival Classica, mentionnons Poésie des Exilés avec le Studio de musique ancienne de Montréal, sous la direction d’Andrew McAnerney, qui interprète de la musique de la Renaissance inspirée du livre de Jérémie (le 3 juin à 16 h 30, à l’église unie de Saint-Lambert) et un programme de duos d’amour baroques par la soprano Suzie LeBlanc et le haute-contre Daniel Taylor (3 juin, 20 h, paroisse catholique de Saint-Lambert).

Un autre événement devrait attirer le public : le 2e récital-concours international de mélodies françaises ouvert à tous les chanteurs, sans restriction d’âge ou d’expérience (on peut encore s’inscrire). Le récital, réunissant les cinq finalistes du concours, chacun présentant un choix de cinq mélodies françaises, aura lieu le 10 juin 2018 à 16 h à l’église presbytérienne St. Andrew. Les votes du jury comptent pour 50 % de la note finale, l’autre 50 % venant des votes du public. « Si vous vous qualifiez pour la finale, explique Boucher, vous êtes assuré de remporter un prix. L’année dernière, la gagnante du premier prix était une Française, accompagnée au piano par une amie israélienne. Elles sont reparties avec un prix de 15 000 $. »

Comme le titre de l’édition 2018 du festival l’indique, Schubert sera à l’honneur, avec Puccini, dès le concert inaugural qui aura lieu le 25 mai à 19 h 30 à la basilique Saint-Anne-de-Varennes, puis, le 1er juin, à 19 h, à la paroisse catholique de Saint-Lambert pour le cycle bouleversant du Winterreise interprété par le réputé baryton Russell Braun accompagné au piano par sa femme, la pianiste Carolyn Maule; enfin, un concert Schubert et Schumann – contrastes et contradictions, le 2 juin, à 13 h à l’église presbytérienne St. Andrew, mettra en vedette l’altiste Marina Thibeault et la pianiste Janelle Fung.

Les Rolling Stones ont droit à un hommage double, d’abord avec le spectacle du violoniste Marc Djokic You Can’t Always Get What You Want, le 2 juin à 15 h à l’église unie de Saint-Lambert, une version intimiste de chambre des airs des Stones, puis le concert en plein air Classica Rolling Stones le même soir. « Vous aurez droit à tous leurs grands succès, assure Boucher, avec un orchestre, un groupe rock et un chœur ! »

Adapté à tous les goûts musicaux, le Festival Classica, fête de la musique dans la ville de Saint-Lambert et ses environs (une dizaine de concerts-satellites dans la région de Longueuil, Montréal et la Montérégie), vous offre, au moins pendant quelques merveilleuses semaines ce printemps, cette perspective séduisante : oui, « you can get what you want ».

Pour information concernant l’édition 2018 du Festival Classica, visitez www.festivalclassica.com.

Traduction par Brigitte Objois

 

 

Partager:

A propos de l'auteur

Charles Geyer is a director, producer, composer, playwright, actor, singer, and freelance writer based in New York City. He directed the Evelyn La Quaif Norma for Verismo Opera Association of New Jersey, and the New York premiere of Ray Bradbury’s opera adaptation of Fahrenheit 451. His cabaret musical on the life of silent screen siren Louise Brooks played to acclaim in L.A. He has appeared on Broadway, off-Broadway and regionally. He is an alum of the Commercial Theatre Institute and was on the board of the American National Theatre. He is a graduate of Yale University and attended Harvard's Institute for Advanced Theatre Training. He can be contacted here.

Laissez une réponse