Kirsten MacKinnon

0

Kirsten MacKinnon

National Council Auditions 2017 du Metropolitan Opera

par Adrian Rodriguez

En mars dernier, la soprano de Vancouver Kirsten MacKinnon était sélectionnée parmi les six gagnants des National Council Auditions du Metropolitan Opera, l’un des concours de chant les plus prestigieux au monde. Elle rejoint ainsi le rang de sopranos légendaires comme Renée Fleming, Jessye Norman et June Anderson, qui ont aussi gagné ce concours dans le passé. « Je ne vais pas mentir, j’étais extrêmement nerveuse de chanter au Met, mais je connaissais bien ma musique. Aussi, je pouvais m’appuyer sur le fait que j’avais fait le travail nécessaire pour réussir. Depuis quelques années, je travaille à raffiner ma technique. Ensuite, j’ai fait quelques auditions internationales, de sorte que le répertoire a eu le temps de s’installer confortablement dans mon corps. Quand le moment de chanter est venu, j’étais prête. »

Elle a parlé de son expérience de chanter sur la scène du Met, où les demi-finales et les finales du concours avaient lieu. « J’étais vraiment surprise. Vous penseriez que les chanteurs doivent donner beaucoup plus de voix parce que la salle est immense, mais j’ai constaté que l’acoustique était vraiment très agréable. Dans de grosses maisons d’opéra, on craint que notre art sera compromis, mais j’ai vraiment senti que lorsque le ton était soutenu, même la couleur la plus douce portait. »

DÉBUTS PRÉCOCES

MacKinnon a commencé à suivre des cours de chant à six ans. Son idole était Renée Fleming, en particulier pour sa passion et son interprétation de la musique de Strauss. À sa grande surprise, Fleming était l’hôtesse des finales du concours. « J’ai eu la chance de la rencontrer et je dois dire que j’ai été absolument éblouie. »

Bien qu’elle s’estime chanceuse d’avoir trouvé le bon enseignement à un jeune âge, elle offre des mots de prudence au sujet des débuts prématurés. « C’est dangereux, parce que les mauvaises habitudes peuvent également se glisser très tôt. C’est pourquoi je me trouve chanceuse. Il faut être très prudent, très clair, et vraiment conscient de la santé. Pour une jeune de six ans, ma voix était assez grande, alors mon professeur a dû travailler avec moi sur ma vision du chant. Parce que si vous avez une grosse voix, quel que soit votre âge, le danger est de vouloir chanter gros, ce qui est souvent inutile. Plus gros n’est pas toujours plus beau. »

Après l’école secondaire, MacKinnon a été acceptée directement au prestigieux Curtis Institute of Music à Philadelphie pour le premier cycle d’études en chant. Après quelques années dans le programme, elle s’est demandé si elle était dans le bon métier : « Le chant est un choix de vie et vous ne pouvez pas être décontracté. Vous devez être vraiment sûr. Il est venu un point où je ne savais plus si j’étais sûre. Je ne chantais même pas sous la douche ! » Elle a expérimenté et essayé d’autres chapeaux. Finalement, elle redécouvre son amour pour le chant classique et termine ses études au Curtis.

Son horaire cette année est très chargé. Les spectacles à venir incluent Micaëla dans Carmen avec Opera Philadelphia, Fiordiligi dans Così fan tutte à Glyndebourne et Inès dans L’Africaine à l’Oper Frankfurt.

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse